Le Guide Hachette des Rhums – Christine Lambert

par Damien
Guide Hachette Des Rhums Christine Lambert DamienLB (3) avis

Je disais précédemment qu’il n’était pas facile de trouver un angle d’approche pour aborder le thème du whisky. Figurez-vous que c’est encore pire avec le rhum ! Peut-être parce que c’est un thème que je connais moins bien mais je peux vous assurer qu’à l’heure de rédiger cet article, j’ai l’impression de faire face à une jungle dense et infranchissable. Heureusement, Le Guide Hachette des Rhums de Christine Lambert est très bien fait et permet de se frayer un chemin dans ce nouveau monde.

D’ailleurs, pourquoi boire du rhum ? Personnellement, l’histoire qui entoure ce spiritueux me fascine car elle est très riche. Tout d’abord, personne ne sait avec précision quand il a été inventé (aux alentours de 1652) ni où (à la Barbade ?). De plus, le rhum a une image très festive alors qu’il est un pur produit de la colonisation. N’oublions pas non plus que jusqu’à un certain point, il était considéré comme un sous-produit lié à la fabrication du sucre destiné aux esclaves, aux marins ou de manière plus générale, aux pauvres. Quel retournement spectaculaire ! Bon et puis, plus simplement, parce que le rhum, c’est pas mauvais.

SOMMAIRE

  1. Qu’est-ce que le rhum ?
  2. Comment faire du rhum ?
  3. Mon avis sur le livre

 

Qu’est-ce que le rhum ?

Guide Hachette Des Rhums Christine Lambert DamienLB (3) livre

D’après Wikipédia et Le Guide Hachette des Rhums, le rhum (rum en anglais, ron en espagnol) est une eau-de-vie originaire des Amériques, transformée à partir de la canne à sucre ou de sous-produits de l’industrie sucrière. On distingue trois types de rhums.

Le rum, de tradition Britannique, issu de mélasse ou de jus de canne frais. Ils sont souvent le produit d’une double distillation. En général, ils sont épicés, édulcorés, plutôt lourds et huileux.

Le rhum, en provenance des Antilles françaises, très arômatique aux parfums typiques de la canne à sucre (banane, agrumes, etc.) Depuis 2015, les rhums Antillais bénéficient d’une IGP et on distingue le “Rhum de la Guadeloupe”, “Rhum de la Réunion”, “Rhum agricole de la Guyane”, “Rhum de la baie du Galion”, “Rhum des Antilles françaises” et enfin le “Rhum des DOM”.

Le ron, de tradition hispanique, issu de mélasse ou de miel de canne, ayant subi une distillation en pot still, en colonne artisanale ou en colonne multiple. Ce type de rhum comporte une grande diversité, des rons légers parfaits pour les cocktails jusqu’aux rons premiums aux saveurs fines et complexes. Le “Ron de Guatemala” (2010) et le “Cuba” (2013) sont deux IGP tandis que le “Ron de Venezuela” est une DOC depuis 2003.

 

Comment faire du rhum ?

Maintenant je le sais, grâce au Guide Hachette des Rhums qui est très détaillé sur le sujet. À l’origine, dans tous les cas, il y a la canne à sucre. Puis, c’est là que les choses vont commencer à varier. On peut en effet obtenir différents produits à partir de cette dernière. Il y a tout d’abord le jus de canne (aussi appelé vesou). On peut aussi utiliser du miel, du sirop ou de la mélasse. D’ailleurs, cette dernière est à l’origine de 95% de la production mondiale de rhum.

Ensuite, on passe à la fermentation et pour cela on utilise des levures. La température des cuves est généralement comprise entre 25 et 35°C. Cette étape peut durer en 12 heures pour un rhum industriel léger et jusqu’à une vingtaine de jours pour un high ester jamaïcain. Troisième étape, la distillation, en alambic pot still, hybrides ou dans des colonnes de distillation.

Vient ensuite la maturation. Les producteurs ont découvert les bénéfices de cette dernière lorsqu’ils ont commencé à stocker le rhum dans des fûts en vue d’une expédition par voie maritime. Le rhum profite des échanges entre le liquide et le bois, se colore et s’oxyde. Le type de fût a donc une très grande importance ! Enfin, dernière étape pour les rhums vieux, l’assemblage (blending). Cette étape détermine leur caractère et la constance en termes de goût et de production.

 

Guide Hachette des Rhums – Mon avis

Guide Hachette Des Rhums Christine Lambert DamienLB (3) livre avis

Le Guide Hachette des Rhums est très dense. 550 rhums, 357 pages, cela donne un bon pavé. Du fait de son format et de sa petite police d’écriture, j’ai tendance à le trouver épuisant à lire. Attention, cela ne veut pas dire que je ne l’apprécie pas, bien au contraire, cet ouvrage est réellement passionnant ! Seulement, je l’apprécie par petites sessions de lectures. Christine Lambert a organisé Le Guide Hachette des Rhums en trois parties. Elle dédie les cent premières pages à l’histoire du rhum, ses méthodes de fabrication ainsi que des conseils pour choisir et déguster cet alcool. Puis l’auteur consacre la seconde partie du livre à la sélection de rhums qui est très complète. Enfin, on trouve les annexes.

Comme je le disais, la première partie est très intéressante et permet véritablement de s’y retrouver dans ce vaste monde. Mais, ce que l’on souhaite surtout lire, c’est l’avis de l’auteur sur les rhums ! Penchons-nous par exemple sur ce que Christine Lambert dit de l’un des rhums que j’ai dans ma cave, le Plantation Xaymaca auquel elle attribue trois étoiles : “humez ces arômes de viande séchée posée sur une natte tressée d’herbes, ces touches de vernis, les fruits pourris (ananas, durian), astiqués d’une touche d’huile brûlée. Puis le chêne brut, et la vanille subtile […] En bouche, les fruits du verger, les raisins trop mûrs et l’ananas s’écrasent sur la mélasse et la réglisse amérisée de thé noir, préludes à une finale légèrement tannique de chocolat amer et de cannelle” (p. 272).

Je ne sais pas vous, mais sur moi, ça marche très bien ! Ces “nez” capables de détecter toutes sortes de parfums me fascinent. À ce jeu-là, j’ai encore du boulot ! Dès lors, ces carnets de dégustation sont pour moi une mine d’informations précieuses car ils me permettent d’entraîner mes sens pour retrouver ces saveurs. De plus, les propositions de consommation (cocktail, en accompagnement d’un plat ou avec un cigare) sont vraiment bienvenues.

Pour conclure, je vous encourage vivement à vous procurer Le Guide Hachette des Rhums de Christine Lambert car, sans être un aussi beau livre que l’Atlas Mondial du Whisky de Dave Broom, il est une mine d’or et un ouvrage qui impressionne par son exhaustivité. Enfin, c’est également un très beau cadeau à faire, aussi bien au débutant qu’à l’amateur éclairé.

Retour au sommaire

Retour à la catégorie “Lifestyle”

Vous pourriez également aimer

Laisser un commentaire