Hawaii

par Damien
guide hawaï (1) DamienLB paradis

J’ai une passion particulière depuis tout petit : les volcans. C’est quelque-chose que ma maman m’a transmis, nous regardions des heures durant des documentaires sur le sujet, je lisais des dizaines d’ouvrages sur le sujet et c’était, pour nous deux, le plus beau spectacle à voir sur Terre. Un jour, la télévision n’a plus suffi et j’ai pris mon billet d’avion pour Hawaii. Pourquoi cette destination en particulier ? Pour le lac de lave de l’Halemaumau (ou Halema’uma’u). Il n’existe, aujourd’hui en 2018, plus que trois lacs de lave permanents sur la planète : le mont Erebus en Antarctique, l’Erta Ale en Éthiopie et le Nyiragongo en République Démocratique du Congo. Celui que l’on trouvait aux États-Unis était le plus facile d’accès (mais le seul dont l’accès était illégal) mais il a disparu au mois de mai 2018.

Qui sait, peut-être qu’un autre se formera ? Cet article est pour moi le moyen de partager avec vous ce moment inoubliable de ma vie. De plus, même sans lac de lave, Hawaii reste le paradis sur Terre, ou du moins l’idée que je m’en fais. Vous ne regretterez jamais un voyage là-bas !

SOMMAIRE

  1. Aller à Hawaï 
  2. Se Loger à Hawaï 
  3. Que faire à Hawaï ? 
  4. La découverte de l’Halema’uma’u

Hawaii : Transport

Préparez-vous psychologiquement : Hawaii est à l’autre bout de la planète. Comptez donc environ 21h d’avion pour faire rejoindre ce paradis terrestre. Si vous partez de Lyon, vous serez obligés de faire deux escales, dont une très probablement à Munich. En revanche, si vous partez de Paris, vous pourrez ne faire qu’une seule escale à San Francisco par exemple.

Oui, 21h de vol, c’est très long, mais c’est le prix du paradis. Ma technique : je regardais un film puis faisait une sieste, puis un film, une sieste, etc. jusqu’à mon arrivée là-bas. Est-ce que ça marche ? Non et si vous avez mieux, je suis preneur.  Finalement, le pire qui pourrait vous arriver, c’est que des gens voyagent avec des enfants en bas-âge…

Une fois sur place, le moyen le plus simple pour vous déplacer entre les îles sera de prendre l’avion. Planifiez bien votre parcours à l’avance pour optimiser vos trajets !

Hawaii : Logement

Vous serez très certainement amenés à loger dans plusieurs hôtels. En effet, l’archipel d’Hawaii est composé de plusieurs îles majeures. Il faudra donc vous déplacer pour voir un maximum de choses.

Sur l’île d’Oahu, où se trouve la capitale Honolulu, vous pourrez dormir dans un hôtel situé à quelques dizaines de mètres de la plage de Waikiki, mondialement connue pour ses surfeurs. Il y a par exemple le Hyatt Regency Waikiki Beach Resort & Spa, le Hilton Waikiki Beach Hotel ou le Queen Kapiolani Hotel qui sont très bien situés. C’est d’ailleurs dans ce dernier que j’ai séjourné et je n’ai pas eu à m’en plaindre.

Sur l’île d’Hawaii, séjournez dans la ville de Hilo ! Elle est idéalement placée pour parcourir l’île (et puis il y a l’aéroport). Je vous recommande le Castle Hilo Hawaiian Hotel où j’ai passé un très bon séjour.

Enfin, sur l’île de Kauai, je trouve que la ville de Kapaa est la mieux située. Je vous conseille le Kauai Shores Hotel : se réveiller de bonne heure et marcher sur une cinquantaine de mètres pour se retrouver sur une plage déserte est une expérience des plus agréables.

Hawaii : Activités

guide hawaï (10) DamienLB jardin botanique

Vous ne pouvez pas passer à côté du jardin botanique de Hawaii. Abritant plus de 2000 variétés de plantes, c’est un pur bonheur de déambuler sur ses sentiers. Vous découvrirez aussi des petites cascades, des rivières et aurez une vue imprenable sur l’océan. Il faut compter 20$ par adulte et il n’est plus possible de rentrer dans le jardin après 16h. Il est situé à environ 10 km de Hilo.

guide hawaï (4) DamienLB caldeira haleakala

Sur l’île de Maui, vous pouvez visiter la caldeira du Haleakalā. C’est une très belle randonnée qui vous prendra une bonne journée mais le spectacle en vaut vraiment la peine. Qu’est-ce qu’une caldeira ? Déjà, ce n’est pas un cratère. C’est une dépression qui résulte de la vidange de la chambre magmatique qui se trouve en-dessous. Bref, celle-ci est magnifique et mérite que l’on s’attarde en son sein.

guide hawaï (2) DamienLB waimea canyon

Le Waimea Canyon ou Grand Canyon du Pacifique se trouve sur la belle île de Kauai et mesure environ 16 km de long. De nombreuses randonnées sont possibles afin de découvrir le parc national. Encore une fois, prévoyez une bonne journée de marche pour en profiter.

guide hawaï (10) DamienLB mauna loah mauna kea

Je n’ose l’écrire. Vous pouvez aussi vous lancer dans l’ascension du Mauna Loa. Le volcan culmine à 4170 mètres d’altitude mais c’est aussi le plus haut volcan au monde : il s’élève à 17 km au-dessus de sa base qui s’enfonce dans le plancher océanique. La partie émergée du volcan représente plus de la moitié de la superficie de l’île de Hawaii. Sur la photo prise au point de départ, vous voyez le Mauna Kea juste en face. L’ascension du Mauna Loa était un challenge personnel plus qu’autre chose : si vous tentez l’expérience, vous ne verrez que caillasse et rien d’autre. Le lieu est absolument désertique et les paysages lunaires. Au sommet, vous découvrirez… Non, je ne vais pas vous gâcher la surprise. Prévoyez une très grosse journée, ce n’est pas une randonnée facile.

guide hawaï (6) DamienLB observatoire keck

En face du Mauna Loa, au sommet du Mauna Kea, on trouve un observatoire mondialement connu, le W. M. Keck ou plus simplement le Keck. C’est le lieu idéal pour observer un magnifique coucher de soleil, le plus beau de ma vie à ce jour, comme en témoigne cette mer de nuages semblant absorber notre soleil. Prévoyez tout de même de quoi vous couvrir : même en plein été, nous sommes tout de même à 4207 mètres d’altitude et une fois la nuit tombée, il fait vraiment très froid.

 

Lac de lave : mon expérience

Comme je le disais dans l’introduction, si je suis allé à Hawaii, c’était avant tout pour voir les volcans. Donc, exceptionnellement, plutôt que de lister les choses à faire ou à voir, je vais partager avec vous cette expérience unique.

Tout d’abord, il faut savoir que l’observation du lac de lave de l’Halemaumau ne pouvait se faire que de nuit et ce, pour deux raisons. Premièrement, c’était beaucoup plus beau. Mais surtout, s’approcher du cratère était complètement illégal à moins d’être un scientifique disposant d’une accréditation. Pour quelle raison ? J’imagine que le gouvernement américain ne voulait pas être poursuivi en cas d’accident et ils avaient bien raison. Si jamais l’aventure vous tentait, gardez tout de même en tête qu’il y a un danger de mort réel et qu’un volcan en activité est complètement imprévisible.

Bref ! Par où commencer ? Ce soir-là, j’étais à la laverie de l’hôtel, en train de plier mon linge en toute tranquillité. Là, je vis Cédric arriver, le visage blême. Je lui demandai ce qui lui arrivait. Il cherchait ses mots. Il finit par me dire qu’il venait de consulter le rapport d’activité du lac de lave de la veille et qu’il y avait eu beaucoup d’activité. En d’autres termes, il y avait eu beaucoup d’explosions, notamment à cause de nombreux effondrements de roches dans le lac. Il était visiblement embêté et me dit que c’est sans doute la seule opportunité pour observer le lac de lave dans les meilleures conditions. Il me laissa en me demandant de ne rien dire aux autres mais aussi d’envoyer un message à mes proches, au cas où.

Au cas où quoi ?! Je me suis alors retrouvé dans la chambre que je partageais avec Alexandre. Il était surexcité et ne comprenait pas mon manque d’entrain. J’étais silencieux, face à mon téléphone, ne sachant pas quoi écrire à mes parents. Pour la première fois de ma vie, je me sentais en danger. J’avais un choix à faire. Rien ne m’obligeait à aller voir ce lac de lave. Mais j’en avais besoin. Et surtout, je n’avais pas fait vingt-deux heures d’avion pour rien ! J’ai alors choisi judicieusement chaque mot pour dire à mes parents à quel point je les aimais et à quel point j’étais heureux de vivre mon rêve.

Nous nous sommes alors mis en route. La joie et l’excitation prédominaient, seuls Cédric et moi étions calmes. Peut-être terrifiés, au fond. Lorsque nous arrivâmes dans le parc national, nous avons du nous faire discrets. Rouler dans une voiture en pleine nuit les feux éteints est une sensation très étrange. Heureusement, nous ne risquions pas de croiser qui que ce soit hormis des rangers. Une fois la voiture garée, la consigne était claire : silence absolu et, si nous nous faisions arrêter, nous étions de simples touristes désireux de voir le spectacle de plus près.

Il fallait marcher environ trois kilomètres à la belle étoile. C’est une distance très courte, mais dans la nuit silencieuse, tout en sachant qu’il y avait un très grand risque, c’était suffisamment long pour réfléchir à ma vie. Nous sommes passés sans nous arrêter devant le panneau nous rappelant l’interdiction d’aller plus loin. Puis, nous avons entamé notre marche sur une sorte de faux-plat, le long d’une route bordée d’arbres. Je me souviens parfaitement du ciel étoilé, du silence, de la douceur de la nuit. Puis, les arbres ont commencé à être plus éparpillés, moins denses, pour finalement laisser apparaître au loin un gigantesque cratère duquel émanait une lumière d’un rouge comme je n’avais jamais vu auparavant.

Je crois que c’est à ce moment-là que j’ai cessé de réfléchir. Je n’avais plus qu’une obsession, aller au plus près de cette lueur pour voir de quoi il en retournait. La route n’était plus que caillasse et lave séchée, des gaz s’échappaient un peu partout du sol, la température grimpait, il ne restait plus que quelques mètres dans cette ambiance apocalyptique avant d’atteindre mon but. Et il fut là, à quelques dizaines de mètres en contrebas.

Je n’ai pas les mots. Cette sensation est impossible à décrire. Je suis resté là, deux heures durant, sans rien pouvoir dire d’autres que : « c’est beau ». J’étais complètement hypnotisé, pétrifié. C’est bien évidemment personnel mais, à mes yeux, il n’y a pas plus beau spectacle sur Terre. J’ai su ce soir-là que j’avais devant moi le spectacle le plus incroyable que la planète avait à m’offrir et c’est une sensation très particulière. Certes, je pourrais toujours aller voir les autres lacs de lave, mais celui-ci est le plus beau et, de surcroît, celui que je rêvais de voir depuis toujours.

Il faut comprendre ce que l’on regarde : on assiste littéralement à la formation de la planète. Le calme du lac de lave est très impressionnant. Il y a un très léger courant et malgré cette douceur, on ressent sa puissance infinie et on prend la réalité de plein fouet : nous ne sommes rien. Ce soir-là, il décida de rester calme. Mais si son activité avait été plus forte ? Je n’aurais rien pu faire. Et le pire dans tout ça, c’est que ma première pensée fut de me dire que, si je devais mourir là-bas, ce n’était pas grave. Idiot, n’est-ce pas ?

guide hawaï (4) DamienLB lac de lave halemaumau

En bonus, les coulées de lave du Puʻu ʻŌʻō photographiées à un petit mètre de distance (oui, il faisait très chaud). Certes, cela n’a pas la grandeur d’un lac de lave, mais elles étaient très belles (et j’ai maudit mon matériel de l’époque) :

guide hawaï (7) DamienLB coulée de lave

 

Lac de lave : Retour au sommaire

Retour à la catégorie “Voyages”

Vous pourriez également aimer

Laisser un commentaire